Salon Autonomic : de nouvelles technologies pour gagner en autonomie

Salon Autonomic : de nouvelles technologies pour gagner en autonomie

PARTAGER

Le parc Chanot (8e) a accueillie le salon Autonomic Méditerrannée, dont c’est la huitième édition.

Nouveaux équipements, services à la personne, matériel innovant et projets d’aménagement de lieu de vie sont à l’affiche. L’entrée est gratuite, afin de permettre à tous de pouvoir accéder aux stands et conférences.

Afin de lutter contre la perte d’autonomie, les associations, entreprises et institutions présentes ne manquent pas de ressources. Un tricycle adapté au fauteuil pour permettre aux handicapés moteurs d’emprunter des chemins de terre ou encore un clavier tactile en braille sont présentés aux plus curieux. L’entreprise Orange propose notamment Roger Voice, un outil de retranscription automatique, affichant en texte le contenu des appels téléphoniques. De quoi faciliter les échanges des malentendants.

Pour les férus de littérature qui ne peuvent plus lire, l’association des Donneurs de Voix propose de louer gratuitement des livres audio. “Nous voulons redonner aux personnes empêchées de lire l’opportunité de s’évader,expose Jacques, bénévole. Ils peuvent louer gratuitement des romans, des revues et des livres au programme de l’Éducation nationale.”

Outre les stands proposant des soutiens matériels, certains se tournent vers les écoles et les entreprises pour sensibiliser le plus grand nombre au handicap. C’est le cas de Marie Giuliana, handicapée moteur après un grave accident qui l’a plongée quatre mois dans le coma. “La poésie a sauvé ma vie, explique-t-elle avec passion. Je suis une battante ! Et je veux le partager en lisant mes textes dans des écoles.”

Pour continuer dans la culture, l’association Source organise chaque année le Festihandivalide, consacré aux courts-métrages traitant du handicap. Des candidats du monde entier envoient leurs vidéos, partagées ensuite sur Youtube. “Nous voulons valoriser les compétences des personnes handicapées, qu’elles soient musiciennes, graphistes ou ingénieurs, expose le bénévole Guy Jouberjean. Nous voulons raconter leur histoire pour changer le regard des gens sur le handicap.”