Easyjet débarque un client handicapé d’un avion à Bordeaux

Easyjet débarque un client handicapé d’un avion à Bordeaux

PARTAGER

La compagnie low cost a refusé d’embarquer le passager hémiplégique en l’absence d’une assistance spécialisée, alors que le handicap avait été signalé lors de l’achat du billet. Easyjet s’est excusé, précisant lui avoir proposé un autre vol.
Nicolas Morvan, passager d’un vol Easyjet Bordeaux-Lyon lundi, a eu une mauvaise surprise en voulant embarquer. Alors qu’il était installé sur son siège dans l’avion, la compagnie aérienne low cost lui a refusé l’embarquement au moment de décoller, révèle Sud Ouest.
Le client, souffrant d’hémiplégie, avait pourtant signalé son handicap lors de l’achat de son billet par sa mère, via une centrale de réservation par internet. «La chef de cabine m’a alors demandé si je pouvais enfiler un gilet de sauvetage et me déplacer seul jusqu’à une porte de sortie en cas d’urgence», raconte l’homme au quotidien.
Easyjet regrette l’évènement

Après avoir répondu négativement, Nicolas se voit débarquer de l’avion. «Il y a quelque chose d’humiliant dans cette situation», raconte à Sud Ouest le passager. «Nicolas a déjà pris l’avion vers Lyon plusieurs fois avec une autre compagnie et cela n’a posé aucun problème», ajoute encore la mère du passager.
«Nous regrettons sincèrement que Mr Morvan n’ait pas pu voyager avec nous et tenons à nous excuser pour cette expérience, a réagi Easyjet. Pour leur sécurité, les passagers à mobilité réduite doivent pouvoir effectuer les procédures de sécurité standard. Dans le cas présent le passager ne pouvait répondre à ces procédures, raison pour laquelle il n’a pu effectuer le vol et s’est vu offrir de l’aide par nos agents et la possibilité de changer son vol afin de voyager avec un accompagnant».
La compagnie aurait proposé une chambre d’hôtel à Nicolas avant de pouvoir prendre place dans un autre vol avec un accompagnant, relate Sud Ouest. Insuffisant pour le client, qui envisage de porter plain contre la compagnie, avec l’aide de l’Association des paralysés de France, qui gère le centre Monséjour où il réside.